La translutine

Tatami Lutin (Judo, Ju-jitsu, Taïso)

Monsieur David Chanteau

Le Tatami lutin, créé en 1990, est un club affilié à la Fédération Française de Judo et disciplines associées, dont l'encadrement est assuré par un professeur diplômé d'Etat.

Le Club propose sept cours différents qui s'adaptent à l'âgedu partiquant, à son niveau technique et à ses attentes sportives.

Ils sont répartis de la manières suivante :
- Un cours "baby judo" réservé aux petits de 4-5 ans, dont l'objectif est de les sensibiliser aux valeurs morales du judo et de développer leur motricité par le jeu uniquement.
- Trois cours pour les enfants âgés de 6 à 14 ans, tournés vers l'apprentissage et le perfectionnement de la pratique du judo.
- Trois menus pour les adultes et le jeunes de plus de 15 ans :
   - un menu Judo dit "sportif" dont l'entraînement vise à la préparation physique, technique et tactique du judoka,
   - un menu Judo Ju-jitsu, dit de "détente", orienté essentiellement vers l'acquisition technique,
   - un menu Taïso, nouvellement créé, enseigné sous forme de gymnastique douce préparant le corps à l'activité sportive par des exercices de renforcement musculaire et d'étirement.

article dans Ouest France du 16 Mai 2014

 

Prochainement au gymnase chabriac le samedi 12 janvier à 19h00 

KAGAMI BIRAKI : LA CÉRÉMONIE DES VOEUX

Le Kagami Biraki, tradition japonaise introduite au Kodokan par Jigoro KANO, revêt une importance toute particulière dans le Judo.


Le Kagami Biraki est célébré traditionnellement le 11 janvier. Dans les dojo, cette fête marque la cérémonie des vœux. Jigoro Kano emprunte le rite annuel aux coutumes des samouraïs. Anciennement, les guerriers se réunissaient pour nettoyer leurs armes et polir leurs armures. Pour les purifier, ils plaçaient devant l’autel un petit miroir (Kagami) symbole d’harmonie et d’ouverture et des gâteaux de riz eux aussi en forme de miroir (Kagami mochi). La coutume du Kagami biraki fut introduite au Kodokan en 1884. Cette tradition se déroule selon un même programme : vœux, présentation de kata, randori, remise de grades.

La fête du Kagami biraki revêt une fonction sociale. Elle resserre les liens du groupe et entretient un état d’esprit commun. C’est l’expression d’une philosophie de la vie ancrée dans des traditions ancestrales qui perpétue autant l’engagement collectif que l’équilibre individuel.